« J’y vais ou j’y vais pas ? » (Interview 4/9)

« J’y vais ou j’y vais pas ? » (Interview 4/9)

Quel dirigeant ou quelle dirigeante êtes-vous ?

« J’y vais ou j’y vais pas ? » (Interview 4/9) C’est quelquefois difficile de prendre une décision …

Voici une interview entre une dirigeante et un coach ÇAVABIEN pour expliquer de manière vivante et concrète comment peut se passer une telle rencontre et révéler entre les lignes l’intention de notre ouvrage paru début 2018 sur le mode de gouvernance de l’Entreprise Déléguée : Quand les sourires font briller l’entreprise …- Guide théorique, pratique et intimiste de l’Entreprise Déléguée, le mode de gouvernance du XXIème siècle.

C : Donc votre rôle de dirigeante, pour vous c’est quoi principalement ?
D : Je porte à la fois l’histoire de l’entreprise et l’avenir. Je suis un peu le trait-d’union. Je donne un cap. Ça, la vision, on l’a.
C : C’est un point fort déjà.
D : Oui, c’est vrai que c’est un travail qu’on a fait avec un consultant il y a quelques années. Voilà ça a posé certaines choses. C’est pas que j’en n’avais pas avant, mais la poser et puis la diffuser de manière claire à tout le monde. J’ai vu, ça avait fait des petites choses. Déjà les gens savaient pour quoi ils travaillent !
C : C’est un bon pas déjà !
D : C’est une entreprise familiale de longue date et ma peur … je ne vais pas vous la cacher, je suis en pleine négociation avec des fonds pensions américains. j’ai très peur de ne pas assurer mes résultats et de devoir être obligée de lâcher ce bébé familial à des actionnaires qui n’auront rien à voir avec le travail que font les gens et de perdre de tout le sens que j’y mets dedans, et le sens que, je pense, la plupart des gens y mettent aussi.
C : Je ne comprends pas, si vous avez peur, pourquoi vous êtes en discussion avec eux alors ?
D : Ben parce que c’est un peu délicat en ce moment. Parce que c’est un de nos concurrents. Ils sont dans une politique de rachat de leurs concurrents et que j’en fait partie.
C : Ca vous va que l’entreprise très ancienne que vous avez soit rachetée ?
D : Ben non. Non, pas du tout. Je n’aurais plus aucun “pouvoir” de faire autrement. La question c’est : est-ce que je dois faire autrement ? Est-ce que, si je fais autrement, je ne vais pas me perdre ? Alors vous allez me dire, c’est moi, moi, moi ! (rires) Mais quand même le dirigeant c’est celui qui est responsable. Si le bateau coule …
C: Si vous vendez à un fonds de pension, vous savez ce qu’ils vont faire à votre entreprise. Ce que font tous les fonds de pension …
D : C’est-à-dire ?
C : On veut des résultats à court terme. À deux chiffres. Donc plus d’investissement à moyen et long terme et l’entreprise est finalement étouffée par le manque de structures nouvelles, le manque de développement, … Les fonds de pension ont cette fâcheuse réputation … Enfin, vous le savez.
D : Oui, ben alors justement, je me disais que c’était peut-être le moment, pourquoi pas. J’ai un ami qui m’a parlé de ça. Il vous avait rencontré. Ca la beaucoup interpellé. Alors du coup, ça m’a beaucoup interpellé aussi, c’est quelqu’un que j’apprécie énormément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *